6 août 2007

Liberté d'expression au Maroc : Retour à la case départ

Plus ça change, plus c’est pareil. On n’en finit plus de décrier les dérives du régime marocain : Atteinte à la liberté de la presse (Nichan, Tel Quel, Le Journal, Alwatan…), condamnation de prisonniers d’opinion, censure (GoogleEarth, Youtube…) …
Le danger c’est de se laisser faire et de s’habituer à ces exactions qui risquent de devenir la norme. Il faut rester vigilant et continuer à pointer du doigt les mauvais coups.

J’ai écrit le paragraphe ci-dessus le 25 juillet dernier. Une semaine plus tard je le ressors pour parler cette fois-ci de la saisie des deux hebdomadaires Nichane et TelQuel (indépendants) dirigés par le même journaliste Ahmed Benchemsi pour "manquement au respect dû au roi" et pour "des expressions contraires à la morale".

On remarque au passage le flou des textes de loi qui permettent au Makhzen de ne pas caractériser le délit avec précision et lui accoler, au contraire, la formule la plus vague possible et de justifier ainsi ses actions. Qui peut répondre alors avec certitude alors à des questions comme est-ce que discuter critiquer le discours du trône est un manquement au respect dû au roi ? Et est ce que placer les deux mots sexe et islam dans la même phrase est contraire à la moralité ?

Sûrement que nous n’avons pas le portrait global de la situation, de tous ces jeux de pouvoir qui doivent se tramer en arrière-plan et même de la raison réelle de l’interdiction de ces deux hebdomadaires ; par contre, une chose est au moins sûre : Qu’on ne vienne plus nous raconter des salades sur un processus de démocratisation quelconque du Maroc ou une plus grande liberté d’expression.

Update : L'éditorial
censé manquer au respect dû au roi est disponible chez Larbi en V.O ou traduit en français chez Ayoub.

10 commentaires:

Anonyme a dit...

Reda,
Je ne pense pas que tu as vu la couverture (Une) de Nichance, mais je vais essayer de te la décrire: photo du roi en habit traditionnel du makhzen: titre: après huit années de règne, "fine radi bina Khouya?" A la gauche du portrait plusieurs encadrés avec photos et titres. Le premier "lak la hya fi dine" avec une femme à demi nue dans les bras d'un homme(l'jinss fi touraat al Islamya) puis un petit encadré sur Al jazeera suivi par le troisième avec la photo de Moulay Abdallah intitulée "Al amir l'majhoul", puis photo d'un âne intitulée "lehmir alaach bikhir". Deux autres photos encadrées avec titres: "l'khwanjia lakoum dinoukoum" et un truc sur le mariage (sans photo).

Tout le monde parle de l'éditorial (sidna... ach ka tgoul?, alors pour ton information voici la couv'...

Une lectrice

Reda a dit...

:) Tanx pour la description. On pourrait trouver cela à la limite de la bienséance mais cela ne mérite pas à mon humble avis la saisie du numéro.
La sacralité du Roi est une notion un peu trop vague et justement qui de mieux placé que la presse pour la dépoussiérer.

Ibn Kafka a dit...

Etonnant venant de Tel Quel/Nichane, plutôt prompts à casser du barbu et prôner sex, drugs & rock'n'roll. Ils débordent Le Journal sur sa gauche...

Anonyme a dit...

Reda,

"On pourrait trouver cela à la limite de la bienséance"(...)donc il y a bien une forme d'irrespect pour la personne du roi.

Tout le monde évoque la sacralité et le blalaba qui va avec, ça fait exotique. Mais même en darija il est quand même possible de vouvoyer un chef d'Etat (ach ka tgoul, c'est du tutoiement) et "khouya", je pense que le journaliste ne crèche pas avec le roi pour lui parler en ces termes.

Le souverain marocain ne peut pas poursuive, alors c'est le gouvernement qui le fait.

Par ailleurs les deux journaux saisis ne perdent rien,ils reparaitront vraisemblablement dans les kiosques en septembre après leur congé annuel normal (août)

J'aime beaucoup ARB, mais ce n'est pas ainsi que l'on interpelle un roi quand on fait du journalisme politique.

Ce que j'ai toujours apprécié au Diplo (Monde diplomatique) c'est la règle du M/Mme: jamais le diplo n'érira Chirac, Sarko, bush, Saddam ou Angela Merkel. Je pense d'ailleurs que pour Tony Blair, le journal d'Ignacio Ramonet écrivait M.Anthony Blair.

Aux guignols de l'info, chez Jay Leno, Charlie hébdo ou le Canard Enchaîné, mais pas dans un hébdo d'information...

On peut être sévère, critqiue, mais les familiarités sont à proscrire en journalisme.

Amitiés
Une fidèle lectrice

Reda a dit...

Chacun sa vision du journalisme. Par contre, j'ai pu enfin jeter un coup d'oeil à la couverture et finalement je ne trouve pas qu'elle manque de respect à quiconque.
On peut être en désaccord avec la ligne éditoriale de Benchemsi, avec son style, avec même ses sujets mais cela ne justifie en aucun cas la saisie des hebdomadaires et surtout sa mise en accusation.

Antiphon a dit...

pour une analyse en sress-zéro de l'affaire Nichane, rendez vous sur le blog freestyle du Maroc alternatif :

http://casablancasylum.blogspot.com/

et on respire....

Antiphon a dit...

stress-zéro, my apologies

http://casablancasylum.blogspot.com/

Mohamed El Kortbi a dit...

Reda ... Tu peux avoir des idées contraires aux miennes mais je ne te dirais jamais que tu es mal éduqué ou indécent !
la liberté d'expression commence par le respect des idées des autres !

xyz a dit...

{Par ailleurs les deux journaux saisis ne perdent rien,ils reparaitront vraisemblablement dans les kiosques en septembre après leur congé annuel normal (août)}

toujours le meme blabla comme d'habitude.

Reda a dit...

@Antiphon : Merci pour l'invitation, trés interessante comme analyse quoique contraire à ma pensée.

@Kortbi : T'as raison. My apologies si tu t'es senti visé chez L3arbi.