10 janvier 2007

Crédibilité des blogs

Ces derniers temps, les blogs soulèvent énormément de questions concernant leur rôle ou la place qu’ils prennent dans l’information. C’est ainsi que les médias traditionnels relayent de plus en plus d’informations provenant de blogs, et ces mêmes médias ont commencé à embaucher des ‘journalistes-blogueurs’ ou encore des journalistes dont le principal atout est d’avoir un poids certain dans la blogosphère. C’est notamment le cas de Patrick Lagacé, journaliste ‘urbain’ et dont les sujets ont le grand mérite d’intéresser pas mal de gens, et que LaPresse est allée chercher au Journal de Montréal.
Le vrai souci des médias conventionnels est la place que ces blogues ont et peuvent avoir sur l’échiquier de l’information. On n’a qu’à penser aux dernières élections états-uniennes où CNN a invité un panel remarquable de blogueurs pour commenter ‘live’ la soirée et faire profiter la chaîne de leurs sources.
Je n’ai pas de chiffres exacts pour étayer ce que je vais affirmer mais il me semble que de plus de gens ayant accès à l’Internet délaissent les médias conventionnels pour aller trouver l’information sur les blogues, des sites généralistes et même les forums de discussions. Bien sûr, les sites des médias conventionnels continuent à avoir leur flot de visiteurs quotidiens mais quand bien de ces gens viennent pour confirmer simplement une information ou juste voir si les grands médias osent en parler ? Ceci est dû au fait que les gens (une certaine proportion) ne sont plus dupes de la manière dont les médias véhiculent l’information en adoptant les lignes directrices officielles, mais aussi au fait qu’une information accompagnée d’une interprétation est beaucoup plus attirante. Sans parler du fait que l’information apportée dans un blog peut être contrée sur le champ par les commentaires des visiteurs.
L’un des avantages que le lecteur de blogues trouve est le fait que la ligne directrice d’un blogue est souvent consistante avec ses croyances ou sa pensée, ce qui le réconforte dans son processus d’assimilation de nouvelles. Il y a danger alors que le lecteur se ramollisse et se laisse berner parfois par ce qu’il lit.
Ainsi, pour déterminer la crédibilité des sources d’informations en ligne, le Réseau Éducation-Médias propose de se demander quelques questions avant de baisser sa garde :
• Qui est la source ?
• Quelle information obtenons-nous ?
• Comment l’information est-elle présentée ?
• Quand le site a-t-il été créé ?
• Où sommes-nous ?
• Pourquoi choisir de visiter un Web ?
Trouver des réponses satisfaisantes à ces questions ne veut pas dire non plus de baisser sa garde et de digérer tout ce que vous allez lire mais au moins c’est un bon point de départ.

2 commentaires:

Ibn Kafka a dit...

Remarque très juste, d'autant que 99% des blogs commentant l'actualité se reposent sur la presse mainstream pour l'information brute (je suis également dans ce cas). C'est le problème général d'Internet: ça permet de concentrer ses lectures sur ce qui nous intéresse, mais n'offre pas le même aperçu général que la lecture d'un quotidien généraliste, qui nous force à lire sur autre chose que nos centres immédiats d'intérêt.

Larbi a dit...

Il faut signaler une différence fondamentale avec les médias traditionnels. Si j’écris une information non fondée ou fausse sur un blog, dans les heures suivantes il y a quelqu’un qui va rectifier corriger et dire que c’est une connerie. Ce qui n’est pas possible avec la presse.
C’est un peu la même chose que pour Wikipedia. Tous le monde peut contribuer du coup n’importe qui peut écrire n’importe quoi. Mais le pare feu est justement basé sur le fait qu’il y a toujours d’autres personnes qui vont rectifier les informations fausses et les corriger. Ca marche à merveille, une étude comparative avec une encyclopédie de renommée a démontré que WP est aussi crédible et aussi juste dans ses fiches.

Il y a aussi un autre aspect à considérer. Si les médias traditionnels citent de plus en plus d’infos provenant des blogs c’est en partie parce qe beaucoup de bloggeurs témoignent sur ce qui se passe dans leur localité ou leur entreprise. Tous le monde devient reporters alors que jusqu’ici la couverture médias étaient limitée par le nombre d’envoyés couvrant telle ou telle région ou secteur économique. Des régions entières du monde n’étaient couverts par aucun médias et aucun journal. Aujourd’hui ca devient possible grâce au bloggeurs partout dans le globe.