21 mars 2007

Yes sir

Qui a dit que la démocratie au Québec se portait bien ? Lundi, le gouvernement fédéral présente son budget en pleine campagne provinciale et c’est sans surprise qu’on y apprend que cela permettra au Québec d’obtenir tout près de 2,2 milliards de dollars de plus en transferts dès cette année.
Jean Charest s’empresse alors de déclarer victoire et de s’approprier ces dollars tombés du ciel (fédéral). Le lendemain, il annonce que s'il est réélu, il réduira l'impôt des Québécois de 700 millions de dollars supplémentaires.
Et enfin aujourd’hui, Stephen Harper promet de négocier avec Québec une limite au pouvoir de dépenser d'Ottawa ou un transfert de points d'impôt, mais sa promesse ne tient que si les Québécois élisent un gouvernement fédéraliste le 26 mars.

Ainsi, on use de la carotte et du bâton : On essaie d’acheter le vote des québécois et on les menace de représailles s’ils élisent un gouvernement indépendantiste (Apparemment il faut dire indépendantiste et plus souverainistes).

1 commentaire:

Onassis a dit...

Et qu'est-ce qu'on fout de ses réductions d'impôts ? Ça fera combien de plus dans ma poche ? 100, 200 dollars ? Et alors ? Je vais finir par payer. Puisque d'autres services sociaux en payeront les frais...
Ah qu'ils m'ennuient ces gens d'Ottawa. Mais ceux d'ici m'ennuient aussi !!