8 septembre 2008

Que se cache-t-il derrière l'emprisonnement de Mohamed Erraji ?

La nouvelle s’est malheuresement confirmée, le blogueur Mohamed Erraji a bel et bien été interpellé et condamné de plus à 2 ans de prison ferme et à une amende de 5000 dh.
Il semble que le principal chef d’accusation retenu contre lui soit celui de ‘manquement au respect dû au roi’.
Un survol rapide du blog de Mohamed démontre une liberté de ton et un traitement de la chose politique au Maroc sans aucune censure ni ligne rouge. Les sujets des articles vont du baisemain dont certains marocains affublent le Roi, à la non réception des athlètes marocains participants aux jeux olympiques par le chef de l’état, en passant par une remise en question des festivités qui entourent la fête du Trône, à enfin l’état de la justice marocaine où il affirme que la justice ne saurait trouver son salut que par une stricte séparation des pouvoirs politiques et juridique (Les arabophone devraient d'ailleurs lire ce billet qui ironiquement s'applique très bien à la situation présente).
Il appert également par l’image qui accompagne ce billet qu’Erraji avait une opinion pour le moins non-conformiste de la question du Sahara marocain.
Ce qui est au moins sûr c’est que Mohamed Erraji est bel et bien un prisonnier d’opinion, que l’on soit d’accord ou pas avec ses positions là n’est pas la question, emprisonner un citoyen sur la base de ses opinions n’honore en rien le Maroc.

Je ne voudrais pas me lancer dans de profondes analyses politiques mais il me semble qu’avec le positionnement d’El Himma (dont la principale qualité est d’avoir été au collège royal) comme chef d’un parti politique qui en quelques mois a réussi le tour de rallier une quarantaine de députés à sa plateforme (et qui sera sans aucun doute le parti majoritaire aux prochaines élections législatives), la répression sans failles des manifestations de Sidi Ifni ainsi que les atteintes aux droites de l’homme (Fouad Mortada, Mohamed Bougrine, les différents procès aux journalistes…), le Makhzen semble vouloir reprendre le terrain concédé par feu Sa Majesté Hassan II et bien reprendre les reines du pays. Comme transition démocratique, on repassera !

3 commentaires:

AbMoul a dit...

Te voilà bien contestataire! Preuve en est que le Makhzen dépasse les bornes..

Reda a dit...

:) Ton raisonnement m'a fait sourire et implique donc que je ne suis pas contestataire d'habitude ?

AbMoul a dit...

Sorry..
Well, disons que c'est un côté que je ne te connaissais pas..Tu cachais bien ton jeu!