10 septembre 2008

Maroc, Thaïlande : Même combat !

Agence France-Presse

Un tribunal thaïlandais a ordonné la fermeture de quelque 400 sites web, dont 344 sont accusés d'avoir diffusé des contenus jugés offensants pour la famille royale, a rapporté mardi une organisation de défense de la liberté de la presse.
Selon la Southeast Asian Press Alliance (SEAPA), l'action de la justice fait suite à une enquête effectuée entre mars et août par le ministère thaïlandais des technologies de l'information et des communications, qui envisage des poursuites contre les personnes responsables de ces sites.
Par ailleurs, Reporters sans frontières (RSF) a déclaré mardi avoir pu rencontrer un auteur australien, Harry Nicolaides, emprisonné depuis le 31 août à Bangkok, sous l'accusation de crime de lèse-majesté, pour avoir publié en 2005 un livre dans lequel un passage critique le fils aîné du roi de Thaïlande.
«Je suis désolé que mes mots aient blessé», a déclaré à RSF M. Nicolaides, 41 ans. L'Australien, qui s'est vu refuser une libération sous caution, risque jusqu'à 15 ans de prison.
En Thaïlande, l'image de la famille royale est protégée par une législation extrêmement sévère. Le roi Bhumibol Adulyadej (80 ans) est le plus ancien monarque en exercice dans le monde.

2 commentaires:

ibnkafkasobiterdicta a dit...

Un touriste suisse avait chopé 10 (dix)ans de tôle pour lèse-majesté il y a deux ans. Voilà un pays qui s'en tape de ce que pensera l'ambassadeur de France ou le rédacteur en chef d'El Pais...

Je précise quand même que je ne regrette certainement pas que le Maroc n'adopte pas la position thaïlandaise...

Par ailleurs, le Roi a en Thaïlande des fonctions purement symboliques.

Reda a dit...

Pas la peine de préciser.Quoique ta 2e précision est de taille !