8 mars 2008

Lhagra



Aujourd'hui c'est la journée mondiale de la femme mais moi j'ai surtout envie de me souvenir de Fouad Mourtada.
Beaucoup de blogueurs ont essayé d'expliquer comment on en ait arrivé là, mais celui qui s'est le plus rapproché du sentiment que j'éprouve en pensant à cette histoire est Eatbees qui parle de 'Cruelty Principle'. En gros, ce principe sous-entend que le régime de par des actions aléatoires rappelle à la populace qui a le pouvoir de décider et surtout la place de tout un chacun sur l'échiquier politico-social.
Au fait, c'est de 'lhagra' dont il est question...

Qu'il y ait des énergumènes pour dire que ce que Fouad a fait est condamnable me dépasse et me fait penser qu'à force d'être soumis à cette 'hagra', certains deviennent conditionnés comme les chiens de Pavlov (Mes excuses à tous ceux qui se sentiront visés).
Je pense que je vais m'arrêter car apparement il ne faut pas trop verser dans le négatif.
Ceci dit, jetez un coup d'oeil à la vidéo ci-dessous montrant les manifestations de soutien à Fouad ; ceux qui se sentent concernés par cette cause peuvent aller signer la pétition en ligne ou soumettre une photo montrant leur support en l'envoyant à larbiblog@gmail.com même si cela ne risque pas de faire bouger les choses. Mais bon, l'espoir fait vivre.

3 commentaires:

eatbees a dit...

Lharga, exactly. Thanks for reminding me of this word, which is the perfect choice.

On some days I wish I could change places with Fouad, because I'm sure I've done things in my life that make me guiltier than him! (What I mean of course is that he's not guilty at all.)

Shame on those who have lost their compassion, and gloat at the destruction of a young life.

Reda a dit...

I was wondering if there is a synonyme in english or french for 'Lhagra' ?
Anyone has an answer ?

maidoc a dit...

DEMANDE DE CLÉMENCE DU PRINCE FACE A LA MÉPRISE DU JEUNE MOURTADA



SOLLICITATION RESPECTUEUSE A SAR MY RACHID POUR PARDONNER L'ERREUR DE MOURTADA




Dans ce procès, présenté comme burlesque, il n’a y pas assez de contenance ni de convictions matérielles sur les intentions. On ne perçoit pas d’abus de confiance ni de manipulation, ni escroquerie, matérielle de la part de l’histrion, sachant que la personne physique de l’illustre Prince est trop connue dans le monde, pour servir d’acte de piraterie élémentaire ni de haut fait de falsification.

Dans cette affairette, qui fait boulede neige au sahel, rien de pénalement préjudiciable, que du ludique innocent, que du virtuel, inexploitable pécuniairement, rien de palpable en dehors, bien entendu, du respect indu au Prince, qui ne semble pas avoir été affecté ! On pourrait même croire, que jeune lui-même, My Rachid se soit amusé, tant de l’acte « perpétré », que des dimensions surréelles qui lui ont été réservées. On en vient à réfléchir sur une administration ombrageuse, sujette à des réformes ! Parfois tatillonne, marquée par des retards inopportuns ou intéressés, sinon victime d’empressements ou de déférences, qu’on ne lui demande pas, mais qui lui portent préjudice !

Donc, aucune raison pour mériter d’humilier le Maroc ni la Justice marocaine, par cette invasion médiatique hystérique sur le Web et les essaims des médias qui se sont faits des premières pages vendeuses, sur son dos ! Certains sont là pour faire dans le sensationnel et l’ingérence, les scoops exotiques, patauger de leurs caméras dans les alcôves et leurs plumes dans les secrets du royaume…Ou remuer dans ses affaires, qu’ils espèrent devenir de sales affaires !

Le journalisme doctrinaire, devient promoteur, faiseur d’événements et d’opinions. Des faits ou des intentions, des mots, qu’il catabolise et exprime pour sa propre existence. Créer l’événement, le produire, le médiatiser pour le vendre. Ouroboros, le serpent qui se mord la queue, passe sur la première ! Et c'est là le délit, dans l'exagération et non dans le fait et le corps du délit .

Il faut arrêter le délire médiatique et la foire du Net. Nos valeurs démocratiques et notre contenance politique, se perdent devant tant d’ingérences, pour un fétu de paille ! Une plaisanterie, sans plus ! Vaine, venue d’un illustre inconnu. De Fouad Mourtada, un jeune roturier, n'en faisons pas un champion médiatique ! Ni un martyr de l'ignorance, des excès, des dérives ou des dépassements des fonctionnaires.

On donne l’impression d’avoir donné une occasion rêvée aux détracteurs du pays et de sa gouvernance, pour prendre leurs plumes et nous harceler, par ONG interposées. Nos opposants, radieux ne profèrent pas que des gentillesses, tant que la démesure est aux antipodes, opposant le faible, l’ignare au Prince, l’aisance, la hauteur et le savoir !

Dans cet imbroglio, parti de rien, tout semble porté à la perfection maniaque et fait à la loupe ! Or cette méthodologie, inquisitrice, ignorante des jeux du Web, a tendance à faire grossir les choses et à amplifier les détails. Pourtant, malgré la force du bon droit de chacun et le droit à la loi, même quand il s’agit du Prince, on semble avoir agi, paradoxalement. Au lieu de servir le Prince on le dessert. Pernicieusement, on fait une caricature de la justice, bonne pour écrire un fabliau ! Pendant que des affaires vitales nous attendent, nous guettent et que des actes odieux allaient être commis dans le pays !

Carrément, on tombe dans le panneau. On est en train de verser dans le sens espéré des nihilistes et des détracteurs de la politique générale du royaume. Bien, gauchement, à en croire les sympathies exprimées ça et là, et le tollé soulevé par les signataires, souvent anonymes, des pétitions bloggeuses qui fleurissent sur le NET . La perversité était attendue au virage. La finalité n’est pas le bonhomme en soi. Le but qui se devine chez ce panel d’objecteurs est d’apostropher le Maroc, d’humilier ses régisseurs, petits et grands, et, de réprimander ses sécuritaires, ses Gouvernants et sa Justice. Et c’est justement ce qu’l nous faut freiner et éviter !

Avec certains, médias qui veulent se faire un nom existentiel, une clientèle et une place dans la société, se sont hâtés toutes sortes d’énergies, tous les curieux, comme autant de badauds dans un souk ! Ils se sont épaulés, grégarisés, surmultipliés. Tous, sont en train d’hypertrophier et de caricaturer, une plaisanterie d’ado, un ersatz de canular, qui ne touche en rien, ni à la respectabilité du Prince, ni à la forme de sacralité qu’on doit lui prêter.

Les factionnaires (police, justice) mobilisés à juste titre, avec leur zèle, coutumier ou excessif, compréhensible à l’occasion, sont pris de vertige, dans un tourbillon qui peut devenir kafkaïen. La crainte est dans la main lourde qui pourrait s’abattre sur le détenu. Par l’effet d’une justice, flatteuse et compliante, qui intimidée par la personne du Prince, ferait dans le placebo et la complaisance. Plus que ne demandait la simple enquête ! Les juges sont capables de se laisser emporter, pour l’exemple le plus dissuasif, le plus excessif, au lieu de faire court et de libérer…ce gosse !

Libérons dès lors, le détenu ! D’abord par affection pour le jeune ingénieur, son ambition de plébéien, ses mérites d’ingénieur, puis, pour le manque de tangibilité de son cas, qui n’est en rien un outrage au Prince, ni une exploitation commerciale de son image. Ensuite, parce que des célébrités nombreuses sont utilisées, inopinément comme icônes dans les forums. Comme on voit le pape, les anges figurer sur certains logos ! Pourquoi pas Mohamed V et Hassan II pour leurs fans ?

C'est un autre monde , l'Internet , qui doit avoir son éthique et sa rigueur , mais aussi son tact et sa mesure , en matière sanction, s'il y a notion établie de respect ! Ceci, afin de ne pas brider les jeux et la jeunesse, et clamper l'ouverture médiatique de notre pays !

Au Prince, rendons grâce à sa sérénité ! A Fouad, nous espérons que SAR lui réserve un grand pardon, urgent, intelligent ! Une excuse digne et chevaleresque, est sollicitée et souhaitée par toutes les parties , dont ces milliers de milliers de lecteurs à travers le monde ! Une onction de la part de notre aimable Prince SAR My Rachid est tellement attendue. Elle devrait venir, jeter un baume immédiat sur cette plaie ouverte, pour ne pas l’ulcérer. Dès la fin du jugement et quel qu’il soit ! Avec la magnificence, la compréhension et la magnanimité, que l’on sait. Et pourquoi ne pas pardonner, sportivement à l’impétrant, pour tout arrêter et réparer, sans même permettre à la Justice d’aller jusqu’au bout ? N’est-ce pas, Vôtre Altesse ?!

Néanmoins, cette levée de boucliers, est une forme vivace du civisme ! Elle est quelque part à saluer. Preuve d’une immunité active de la communauté ! Ce sont les mêmes gens qui ont arrêté des terroristes ! Le patriotisme, le nationalisme ne sont pas morts ! Tous les pouvoirs, cumulés ou indépendants, même le juridique, sont tributaires de ces valeurs et les composent !

Pour le Maroc et sa réputation, il faut gommer ce dossier stérile, afin de faire éclater la bulle, au lieu de la laisser s’abcéder et éclabousser le pays, qui a d’autres chats à fouetter. Toutes les fièvres inutiles sont de trop, quand on se heurte au gros dossiers, celui de la destinée de notre province méridionale SAHARIENNE, ou quand il s'agit la sécurité des Marocains et de leurs dirigeants, comme ultimes valeurs !

Dr Idrissi My Ahmed
Kénitra, le 18 février 2008,
PH 061252005,
aamm25@gmail.com