6 novembre 2006

Mémoire sélective

Le prix Goncourt de cette année a été attribué à Jonathan Littell pour 'Les Bienveillantes', paru chez Gallimard ; c'est un roman qui raconte l'extermination systématique des juifs par le régime nazi.

Réflexion personnelle :

Il ne se passe un passe pas un jour sans que cet épisode malheureux de l'histoire de l'humanité ne soit évoqué, c'est bien. Ça serait encore mieux si tous les génocides qui ont eu lieu et qui ont lieu de nos jours étaient autant documentés, rappelés à notre mémoire et les coupables montrés du doigt.

7 commentaires:

slix a dit...

Bien dit encore une fois reda...

C'est ce qu'à réclamé un certain Dieudo mais on l'a traité d'antisémite, de reciste et de tt les noms...sans compter les divers procès...

Ibn Kafka a dit...

Sur le fond, tu as évidemment raison - même si la Belgique et la France ont résonné du débat sur le génocide arménien - mais tu as choisi le mauvais événement pour réagir, à mon humble avis. Pour avoir lu les deux tiers du bouquin, il donne de quoi réfléchir, car le propos de l'auteur est universaliste et loin de célébrer, comme le font Wiesel et Lanzmann, l'unicité du génocide. Des passages font le lien avec le colonialisme, et d'ailleurs les réactions outrées de critiques bien-pensants, choqués de ce qu'un nazi ne soit pas caricatural, montrent bien que ce livre a dépassé le mythe de l'unicité et l'impossibilité de décrire ou de comprendre colporté par Lanzmann (c'est bête, car Shoah, le documentaire, est un chef d'oeuvre) et Wiesel.

Larbi a dit...

A noter que les bienveillantes a été publicité par le public avant qu’on lui attribue le moindre prix ni la moindre publicité. Une chose est sûr les gens l’on aimé et le bouche à oreille a marché à merveille. Il mérite bien ce prix si je crois mon entourage.
Ceci dit saviez vous que la France st le seul pays du monde ou l’on commémore la Shoah quatre fois par ans ? Un livre sort en France et démontre que cette judéomanie a amplement contribué à favoriser l’antisémitisme.

Reda a dit...

Loin de moi l'idée de dénigrer ce livre que je compte lire dés que je retomberai ds une période plus creuse. Il ne s'agit pas non plus de mettre au pilori toute oeuvre traitant de ce génocide. Je voulais simplement souligner l'exploit qui est celui d'avoir réussi à mettre le génocide au rang de plus grand malheur de l'humanité.

Ibn Kafka a dit...

Larbi: j'ai aussi lu le bouquin de Jean Robin sur la judéomanie, et vais tenter, si je trouve le temps, d'en parler sur mon blog.

Reda: je te conseille effectivement de le lire, ce livre. Il est à mille lieux de totemiser le génocide juif, et parle notamment des plans ultérieurs pour l'extermination des Polonais, par exemple. La référence qui vient à l'esprit c'est kaputt, le chef d'oeuvre de Curzio Malaparte.

Nabukho a dit...

Salam,

Tout à fait d'accord...et le titre et parfait

Yahia a dit...

En fait, je crois que ce génocide est vraiment le plus grand malheur de l'humanité, car sans lui il n'y aurait probablement pas de conflit sur la terre palestinienne...

Je pense.