27 juillet 2006

Lorsque la carte blanche l'emporte sur le drapeau blanc


Quatre soldats (observateurs est un mot plus juste) de l'Onu ont été tués par les bombardements israéliens sur le Liban. Jusque là rien de tragique : Ça fait partie des risques du métier. Le déroulement de cette tragique histoire par contre m'a laissé un goût assez amer pour que je décide d'en faire un post.
Imaginez-vous d'être confinés dans un poste de surveillance en plein milieu d'une guerre agression israélienne avec de l'artillerie lourde qui pillone à moins d'une dizaine de mètres de votre position. Le vacarme provoqué par les éclats des bombes vous oblige à protéger vos tampons, le sol tremble sous vos pieds et vous êtes désemparés. Vous n'êtes pas armés pour répondre à cette situation et d'ailleurs même si vous l'étiez vous n'êtes pas autorisés à utiliser la force. Cela dure quelques heures, pendant lesquelles vous êtes en contact avec votre quartier-génèral qui vous rassure en vous affirmant que les autorités de l'état hébreu sont au courant de votre position ( L'Onu a contacté une dizaine de fois l'armée israélienne pour essayer de calmer ses ardeurs). Vous essayer de garder votre calme mais au fond de vous, vous savez trés bien qu'un mauvais calcul et il en est fait de votre vie. Les obus se rapprochent de plus en plus, pris de panique, vous courrez chercher un tissu blanc et vous l'accrochez bien en vue en haut de votre poste. Vous vous dites : 'Quand même je fais partie de l'Onu, même les pays les plus totalitaires au monde, les despotes les plus sanguinaires, les milices sans foi ni loi y penseraient deux fois avant de m'assassiner !!! ' Malheuresement pour vous, c'est l'état hébreu qui attaque et à défaut de reconnaître un drapeu blanc, il sait bien par contre qu'il a carte blanche.

Aparté : ' Le toutou des États-unis' a encore une fois refusé de blâmer l'état hébreu.

5 commentaires:

Larbi a dit...

La machine de tuerie israélienne ne fait pas de tri. Elle bombarde, elle tue à l’aveuglette. Malheureusement même ce qui tu nous racontes là, n’a pas servit à la communauté internationale pour demander, clairement et sans formules laconiques, un arrêt de l’agression.
Je me radicalise comme il a dit un collègue de travail, mais je crois que Israël est une entité , je pèse mes mots, terroriste qui n’a rien à envier avec les Ben Laden et Co. J’ai pris du temps à le comprendre. Hélas !

hmida a dit...

L'armée d'Israel a de nouveau frappé cette nuit à Caan, là où il y a quelques années elle avait écrasé sous ses bombes un abri contôlé par l'ONU. A l'époque, le rapport accablant Israel commandé par Boutrous Ghali, le SG de l'ONU, avait été très mal perçu par les USA et avait couté son poste à ce malheureux fonctinnaire international.

Mais l'histoire est tétue et répétitive, seuls les imbéciles de dirigeants l'oublient. Aucun empire ne dure éternellement, aucune puissance ne dure éternellement! Pas plus l'empire romain que le IIIèle Reich, pas plus l'empire othoman qu'Isreael aujourd'hui.

Mais l'histoire a un prix qui se paie malheureusement en vies humaines, la plupart du temps des civils innocents!

crucivore a dit...

pas de mots pour m'exprimer.
seule la colère et l'indignation suite au silence tout aussi coupable des autres pays du monde.
désolant.
C'est à perdre espoir et laisser tout tomber ppour devenir selon eux un terroriste.

Ibn Kafka a dit...

Effectivement, ce qui caractérise l'Etat sioniste c'est non pas sa violence sanguinaire et son mépris absolu du droit international - il y a malheureusement des Etats plus violents encore - mais son impunité absolue alliée à la légitimité persistante mais factice qui entoure ses actions dans chancelleries et rédactions occidentales. Cette carte blanche est rouge de sang.

hmida a dit...

Bien sûr qu'Israel bénéficie de l'impunité de la part du monde occidental : c'est la seul manière que l'Europe,les USA et l'Eglise ont trouvé de se faire pardonner leur laxisme et leur lacheté face à ce que les juifs ont enduré sous leurs yeux, dans leurs propres fontières, avec la collabaration active de leur propres citoyens et fonctionnaires de la part du IIIème Reich.