10 janvier 2008

Examen partiel

Après la France qui s’est dotée sous l’impulsion de son ‘Prince- Président’ d’une grille d’évaluation de l’action de ses ministres ; c’est au tour du Maroc d’adopter la même stratégie. À la différence prés que les ministres marocains ne ‘rendront compte’ que pour les projets lancés par Sa majesté le Roi. Ils pourront donc continuer à travailler ‘normalement’ sur les dossiers qui ne portent pas l’empreinte du chef de l’état.

3 commentaires:

louladekhmissbatata a dit...

Méchant va, tu vas finir par leur foutre des complexes:-)
Bonne fin de semaine & Mwah

nagmeh a dit...

Il était temps, 4 ans après l'episode du petrole fictif ... il est bien inspiré de controler ce qui se passe !

Marshka a dit...

obsession de l'évaluation comme mode unique de légitimation de l'action... Pour la France, voir l'excellente double page de Charlie Hebdo du 9 janvier, avec tous les minstres en "élèves" et les critères de notation, ce n'est pas triste. Enfin, c'est tout de même un vernis de scientificité pour une histoire de pouvoir, comme d'hab !