12 juillet 2007

Dehors, Ostie !

Mon chroniqueur 'préféré' du Journal de Montréal, Richard Martineau a décidé de passer à la vitesse supérieure et appelle maintenant ouvertement à renvoyer chez eux les musulmans ou du moins les 'méchants' parmi les musulmans si une telle chose est possible ! C'est-à-dire séparer la bonne de la mauvaise graine.
Si son texte n’est pas un appel à la haine, ça lui ressemble drôlement ! Il cultive et entretient au moins des préjugés contre la communauté musulmane.
Ça me fait d’ailleurs penser à un passage de
la charte du Conseil de presse du Québec que j’ai lu chez l’Akratique :

2.3 L'ATTITUDE DE LA PRESSE À L'ÉGARD DES PERSONNES ET DES GROUPES
2.3.1 La discrimination
Selon la Charte des droits et libertés de la personne du Québec, toute personne « a droit à la reconnaissance et à l'exercice, en pleine égalité, des droits et libertés de la personne, sans distinction, exclusion ou préférence fondée sur la race, la couleur, le sexe, la grossesse, l'orientation sexuelle, l'état civil, l'âge […], la religion, les convictions politiques, la langue, l'origine ethnique ou nationale, la condition sociale, le handicap […] ».
Les médias et les professionnels de l'information doivent éviter de cultiver ou d'entretenir les préjugés. Ils doivent impérativement éviter d'utiliser, à l'endroit des personnes ou des groupes, des représentations ou des termes qui tendent à soulever la haine et le mépris, à encourager la violence ou encore à heurter la dignité d'une personne ou d'une catégorie de personnes en raison d'un motif discriminatoire.
Il n'est pas interdit aux médias de faire état des caractéristiques qui différencient les personnes ou les groupes. Cependant, cette mention doit être pertinente et d'intérêt public, ou être une condition essentielle à la compréhension et à la cohérence de l'information.
En tout temps, et en toute situation, les reporters, commentateurs et éditorialistes doivent s'obliger aux plus hauts standards professionnels en cette matière.

Il n’y aurait pas un organisme quelque part qui aurait un avocat désoeuvré pour le faire pencher sur ce cas ?
À chaque fois, je me jure de ne plus lire les chroniques de ce 'journaleux' mais voilà, le resto où je prends mes petits-déjeuners n'est abonné qu'au Journal de Montréal et j'aime bien lire en prenant mon café.
Je vous laisse vous faire votre propre idée sur l’étendue de la culture de ce monsieur en allant consulter sa chronique ici.

2 commentaires:

Kennza a dit...

Et bon matin avec ça! On va devoir amasser des fonds pour payer un avocat pour s'occuper de tout ça si ça continu... Vraiment ce Martineau...

Sam a dit...

Je suis d'accord avec toi. À chaque fois qu'il y a un commentaire contre les noirs, ou les juifs, ou autres, il y a toujours un regroupement qui parle au non de la communauté. Jamais au nom des arabes ou des musulmans. Si quelqu'un parle, c'est trop souvent l'Imam Jahiri. Il est plus que temps qu'un regroupement prenne à charge de défendre les intérêts des arabes à Montréal et au Québec.